`L'huile d'olive grecque adultérée ne stimulera pas la compétitivité

Avis

L'huile d'olive grecque adultérée ne stimulera pas la compétitivité

Février 26, 2014
Elena Paravantes

Nouvelles Récentes

Récemment, le gouvernement grec, par l'intermédiaire de la Commission hellénique de la concurrence, a demandé un rapport à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), une organisation économique internationale fondée en 1961 pour stimuler le progrès économique et le commerce mondial.

Le rapport a été officiellement lancé en décembre 2013 et comprenait plusieurs recommandations, notamment la suppression des réglementations obsolètes.

Bien que de nombreuses recommandations aient du sens, d'autres non. Une proposition particulièrement importante consistait à supprimer l'interdiction de la production de mélanges d'huiles d'olive avec d'autres huiles végétales en Grèce. Actuellement en Grèce, les producteurs d'huile d'olive ne sont pas autorisés à mélanger l'huile d'olive avec d'autres huiles, telles que le soja, le maïs, le tournesol ou une combinaison de celles-ci.

L'OCDE, dans un effort pour limiter les obstacles réglementaires, a déclaré que les avantages de cette action étaient clairs. Quels sont ces prétendus avantages?

Selon l'OCDE, autoriser la production d'huiles d'olive mélangées en Grèce permettrait à de nouveaux fournisseurs d'entrer sur le marché, stimulant ainsi les pressions concurrentielles (ou parfois simplement la menace), conduisant à l'innovation des produits, à des gains d'efficacité et potentiellement à des coûts plus bas pour les fabricants et à prix pour les consommateurs. La disposition actuelle empêche les producteurs grecs de concurrencer sur le marché intérieur les huiles mélangées importées moins chères, ont-ils fait valoir.

Pour renforcer la situation, l'OCDE a mentionné que, même si la Grèce a la plus forte consommation d'huile d'olive par personne au monde, ce montant a baissé et que d'autres pays méditerranéens comme l'Espagne et l'Italie n'ont pas cette restriction et sont donc plus compétitif.

Publicité

Le raisonnement peut sembler logique au premier abord, mais il semble qu'il s'agisse d'une proposition générique qui n'est étayée par aucun chiffre concret, et ne tient pas compte non plus de la relation entre les Grecs et l'huile d'olive.

Premièrement, ils mentionnent qu'une telle mesure peut entraîner une baisse potentielle des coûts pour les fabricants et les consommateurs mais, comme ce serait la principale raison de l'abolition de la disposition, un peut-être n'est pas suffisant.

L'huile d'olive en Grèce est généralement moins chère que les autres pays, ces nouveaux mélanges seront-ils moins chers? Il n'y a aucune preuve qu'ils le seront. Les nouvelles huiles mélangées seront-elles même commercialisées comme étant plus saines ou innovantes? Probablement. Nous avons vu comment ces huiles sont promues dans d'autres pays, en particulier aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Nous savons qu'ils ne sont en fait pas en meilleure santé. La plupart des études montrant les bienfaits pour la santé de l'huile d'olive impliquent de l'huile d'olive extra vierge, pas des mélanges. Et la question la plus importante est: les consommateurs grecs les achèteront-ils? Ce rapport n'a pas pris en compte les habitudes d'achat et de cuisson des Grecs. Oui, heureusement, les Grecs ont toujours une huile d'olive à haute consommation, mais ils utilisent d'autres huiles végétales pour certains besoins de cuisson. Mais il y a une nette différenciation: l'huile d'olive ou l'huile végétale, pas un mélange.

Un autre problème est la question de la qualité. La Grèce est connue pour ses petites oliveraies, son huile d'olive de haute qualité, son pourcentage élevé de production d'huile d'olive extra vierge (autant que 80% de l'huile d'olive produite est extra vierge, pour l'Espagne, elle est 30 pour cent et en Italie, elle représente environ moitié.

Selon un rapport de la US International Trade Commission, les huiles grecques peuvent être différenciées des autres car elles ont des profils de saveur souhaitables et obtiennent de bons résultats aux tests chimiques mesurant la qualité. Cependant, très peu d'huile d'olive grecque est exportée en tant que grec. La majorité de l'huile d'olive grecque exportée est envoyée à des embouteilleurs en Italie pour être mélangée à des huiles d'olive de diverses sources.

En fait, les huiles d'olive grecques sont très demandées par les embouteilleurs pour être mélangées avec d'autres huiles extra vierges afin d'améliorer la qualité globale. En d'autres termes, l'huile d'olive grecque est ajoutée à d'autres huiles pour leur donner un meilleur goût. Les huiles d'olive grecques sont également considérées parmi les plus fruitées et les plus robustes. Cela soulève la question importante: pourquoi un pays qui produit de l'huile d'olive de haute qualité non seulement en termes de goût mais aussi de bienfaits pour la santé, tacherait-il leur produit en ajoutant diverses huiles végétales douteuses?

Le problème de la Grèce est que très peu d'huile d'olive est exportée en tant que grec. Ce n'est que récemment qu'il y a eu une tendance à exporter de l'huile d'olive grecque avec une identité grecque. Les étapes sont petites mais importantes et c'est là que la Grèce peut voir les avantages financiers. Étant donné que la Grèce est le troisième plus grand producteur d'huile d'olive au monde et n'exporte qu'un faible pourcentage en tant que grec, le bénéfice potentiel des exportations est énorme.

Oui, l'Espagne et l'Italie autorisent le mélange, mais bien que ce soient aussi des pays méditerranéens avec une riche culture d'huile d'olive, ils diffèrent de plusieurs manières. L'huile d'olive en Grèce était, et est toujours, utilisée comme principal type de graisse de cuisson dans tout le pays, contrairement à l'Espagne et à l'Italie où le régime alimentaire varie considérablement du sud au nord. L'Espagne et l'Italie ont déjà établi des identités pour leurs marques d'huile d'olive. La Grèce ne le fait pas, et autoriser ce mélange ruinerait essentiellement toute réputation que l'huile d'olive grecque a établie jusqu'à présent et qui se répand grâce aux efforts de la plupart des petits producteurs d'huile d'olive et à des initiatives privées

Enfin, il est important de noter que la recommandation de l'agence ne prend pas en compte les conséquences qu'un tel changement pourrait avoir sur la santé publique et l'identité culturelle et alimentaire des Grecs. C'est un fait connu que la Grèce, avec d'autres pays méditerranéens, montre une moindre adhésion à son régime méditerranéen traditionnel. Les Grecs adoptent un régime occidental, consommant plus de produits alimentaires qui ne sont pas locaux. Exemple: la Grèce compte plus de 70 types de fromages, mais l'un des fromages les plus vendus en Grèce, à part la feta, est un fromage hollandais importé. Comment cela profite-t-il financièrement à la Grèce?

Heureusement, le gouvernement grec a d'abord dit non à la proposition concernant l'huile d'olive mélangée, mais cela ne suffit pas. Le gouvernement grec doit se donner pour priorité de promouvoir le développement d'une identité alimentaire grecque claire non seulement en dehors de la Grèce mais aussi en Grèce, et l'huile d'olive est un excellent point de départ.


Nouvelles connexes