` Pour les producteurs français d'huile d'olive, moins c'est plus - Olive Oil Times

Pour les producteurs français d'huile d'olive, moins c'est plus

Juillet 19, 2011
Alice Alech

Nouvelles Récentes

Qu'est-ce qui différencie les oléiculteurs et producteurs français de leurs homologues des autres pays?

Les producteurs et producteurs français peuvent vous le dire - ils produisent beaucoup moins d'huile d'olive que leurs voisins européens et ont des normes de production et de qualité très strictes. Mais ils connaissent bien leur héritage provençal de renom, leur propre huile d'olive unique. Les producteurs français cultivent avec patience, passion et persévérance.

Et les résultats portent leurs fruits.

La France produit environ 5,000 90 tonnes d'huile d'olive de haute qualité chaque année, dont XNUMX% d'huile d'olive extra vierge. La plupart de l'huile d'olive provient de petits domaines dans des régions désignées; des zones géographiques bien définies en France reflétant des goûts, des caractéristiques et des spécifications très Appellation d'Origine Contrôlée (AOC)

Pourtant, 95 pour cent de la consommation d'huile d'olive en France provient d'Espagne.

Publicité

Les producteurs d'huile d'olive ici savent que gros n'est pas mieux. Travailler avec L'association Française Interprofessionelle, (AFIDOL) qui les aide à obtenir la meilleure qualité possible sous le label AOC, les producteurs français d'huile d'olive proposent leur produit aux consommateurs cet été. Le nouveau programme de communication éduquera le public sur tous les aspects de l'huile d'olive extra vierge de Provence.

Jean-Benoît Hugues, secrétaire du conseil d'administration d'AFIDOL, s'est entretenu avec Olive Oil Times.

Pouvez-vous décrire votre rôle chez AFIDOL?

Je travaille pour la commission technique d'AFIDOL. Je suis impliqué dans les techniques d'extraction et de culture des olives - création d'un domaine, irrigation, élagage, analyses de coûts, questions sur les maladies, choix des machines, etc. J'ai récemment travaillé sur la mise en place d'un module bio.

Travaillez-vous actuellement sur un projet en particulier?

Oui, nous avons enfin réalisé que nous avons en France un problème de notoriété. Il nous a fallu beaucoup de temps pour le réaliser, mais nous le savons maintenant et nous travaillons à l'amélioration de nos méthodes de commercialisation en France et à l'étranger. Nous nous concentrons maintenant sur les exportations. C'est excitant pour nous.

Catherine et Jean-Benoît Hugues

Avez-vous un pays en tête?

En ce moment, nous regardons de près le Royaume-Uni. Les Britanniques ont une attitude très positive envers l'huile d'olive. Nous devons leur montrer comment utiliser l'huile d'olive extra vierge française. Nous avons de bonnes idées sur lesquelles nous travaillons.

L'AFIDOL dépense pas mal de publicité en France. À votre avis, quelles sont les meilleures méthodes pour promouvoir l'huile d'olive ici?

Nous avons environ 150,000 euros à dépenser en publicité. Nous utilisons la radio en ce moment, mais je ne suis pas convaincu que ce soit aussi efficace que la promotion dans les magazines et bien sûr sur Internet, en particulier avec le blog de la culture alimentaire qui fait son chemin auprès des jeunes. Ce que nous devons faire, c'est parler davantage de l'utilisation et moins parler de la qualité de l'huile d'olive amère, de son goût, etc.

Bien sûr, en tant que producteurs passionnés, nous parlerons de nos produits fruités, verts, fruités, etc., mais les consommateurs veulent savoir ce qu'ils peuvent réellement faire avec l'huile, c'est ce qui les intéresse. Après tout, nous, producteurs, fabriquons le même type d'huile dans le but d'augmenter la production et la qualité. Mais, nous devons inclure les besoins des clients, examiner la qualité et les coûts.

Dans cette optique, AFIDOL a réalisé l'année dernière des enquêtes marketing. Chez AFIDOL, nous sommes et continuerons de lier les chefs et les consommateurs - en enseignant aux consommateurs, par exemple, comment marier l'huile d'olive de Nyons (région AOC) avec la sole.

Qu'en est-il du récent concours de chefs stagiaires en France? Quel était le but et a-t-il réussi?

Absolument positif. Ce fut une campagne réussie, l'une des meilleures que nous ayons menées jusqu'à présent, mais pas uniquement basée sur l'huile d'olive française; l'objectif était de former les futurs chefs à l'utilisation de l'huile d'olive. Avant de pouvoir inciter les gens à utiliser l'huile d'olive de la meilleure qualité, nous devons éduquer, leur apprendre à utiliser l'huile d'olive.

Comment Afidol aborde-t-il le problème des déchets d'huile d'olive?

Toutes les usines sont considérées comme des polluants plus que d'autres et doivent payer une taxe en fonction de la quantité de polluants. Cette taxe contribuera à un traitement et à une purification sensibles des déchets.

L'AFIDOL étudie ce problème de gestion durable depuis plus de dix ans, en collaboration avec l'Agence de L'Eau. (Fournisseur d'eau géré par l'État et protection de l'environnement) Nous fournissons aux propriétaires d'usines un livret leur proposant de bonnes alternatives agricoles. Cela dépend beaucoup de la taille du domaine et de l'option choisie par le propriétaire. Dans mon domaine de 100 hectares par exemple, je trouve le compostage un moyen efficace d'élimination des déchets de cosse d'olives mais avant de le faire il y a un tas d'analyses à réaliser.

Pouvez-vous me parler de l'huile d'olive noire fruitée de la Provence?

J'ai eu un problème pour traduire le noir fruité il n'y a pas si longtemps. Aux États-Unis, le noir fruité n'a pas une très bonne connotation, j'avais besoin d'un autre mot. Au lieu d'utiliser du noir fruité, nous allons maintenant utiliser de l'huile d'olive de récolte tardive, bien que ce ne soit pas vraiment une récolte tardive.

Pour l'huile d'olive tardive, le fruit n'est pas mûr; s'il est trop mûr, il ne fermentera plus. Nous devons avoir une sorte de vert pour que la fermentation ait lieu, mieux entre le vert et le violet. Cela créera un défaut mais nous le maintenons dans l'échelle du CIO, trois sur dix. Je dois ajouter que nous utilisons la fermentation anaérobie. L'huile est maintenant classée comme huile d'olive vierge, pas extra vierge bien sûr mais vous obtenez un goût très fort de pâte d'huile d'olive, un goût d'olive noire. Quel est le problème avec une petite différenciation? Les gens adorent ça.

Que pouvez-vous dire sur l'avenir de l'AFIDOL et des producteurs d'huile d'olive?

A l'heure actuelle, nous, producteurs français et étrangers, sommes tous en concurrence les uns avec les autres - qui fait l'huile d'olive la plus rigoureuse, la plus poivrée etc. Il ne faut pas perdre de vue ce qui est le plus important - un profil sensoriel, les utilisations de l'huile d'olive et la complexité. C'est ce que l'AFIDOL espère réaliser.

Nouvelles connexes

Commentaires / Suggestions